Safran médicinal bio

         
                                                 

Du safran en prévention d'Alzheimer

 

         

Le safran aurait-il une action préventive dans la maladie d'Alzheimer
Toutes les études faites à ce sujet chez l'homme indiquent effectivement que le safran serait bénéfique  et aurait une véritable action neuro-protectrice.  
         
En effet, différents travaux  ont été réalisés sur l' action  du safran dans certaines  maladies neurodégénératives, dont la maladie d'Alzheimer.

Dans la communauté scientifique,  le potentiel antioxydant particulièrement élevé 
du safran ne fait plus aucun doute. Or l'une des hypothèses dans les causes de la maladie d'Alzheimer, serait une accélération du processus d'oxydation.
Partant de ce constat, les chercheurs ont testé  une supplémentation de  safran chez des patients atteints d'Alzheimer au stade précoce de la maladie, mais aussi sur la protection des neurones  chez l'animal.

Tous les résultats vont dans le même sens, le safran protègerait notre système nerveux central et les neurones.

Chez l'homme, les études ont été réalisées contre placébo et en comparaison de médicaments utilisés habituellement da
ns la maladie d'Alzheimer. Ces études ont montré l'intérêt particulier du safran au stade précoce de la maladie.

Il ressort indéniablement que le safran joue un rôle préventif, mais pourrait aussi ralentir l'évolution de la maladie au stade précoce.




                                                                                               

Retrouvez ci-dessous les résultats des études qui démontrent l'action du safran sur la maladie d' Alzheimer



Etude CTEAS 2014

Cette étude réalisée en 2014 a permis de comparer l'efficacité du safran avec la mémantine.
La mémantine est une substance médicamenteuse utilisée pour les patients atteints d'une forme modérée à sévère de la maladie d'Alzheimer.

L'étude randomisée en double aveugle a concerné 68 patients atteints de la maladie. Ils ont reçu 20 mg de mémantine par jour ou bien 30 mg d'extrait de safran durant 12 mois.
Les patients ont été évalués chaque mois par l'échelle d'évaluation cognitive SCIRS (échelle d'évaluation cognitive des patients atteints de la forme grave à modérée de la maladie d'Alzheimer) et FAST (functional Assessment Staging).

Les 2 groupes de patients ayant pris la mémantine ou le  safran ont montré des résultats bénéfiques semblables aux différents tests d' évaluations.
Il n'y a pas eu de différence significative entre l'amélioration sous mémantine et l'amélioration sous safran.

L'administration d'extrait de safran à 30 mg par jour durant 1 an, a permis d'obtenir les mêmes résultats qu'avec le médicament à base mémantine sur la baisse des fonctions cognitives, sans le risque des  effets secondaires du médicament.

Les auteurs précisent que ces résultats encourageants justifient des études à plus large échelle et sur des périodes plus longues.



Etude MRDBC 2009

L’objectif de cette étude était d’évaluer l’efficacité du safran chez des patients atteints de la forme modérée d’Alzheimer.

Les chercheurs ont sélectionné cinquante-cinq personnes répondant aux critères d’Alzheimer au stade précoce  de la maladie.
Les participants ont reçu
de façon aléatoire, soit du safra
n à la dose de 30 mg par jour (2 prises de 15 mg) soit du donépézil 10 mg par jour (2 prises de 5 mg).

Précisons que le médicament  aricept contenant du donépézil est habituellement indiqué dans le traitement symptomatique de la maladie d'Alzheimer pour les formes légères à modérées.  Notons au passage que des études plus récentes ont montré l’intérêt du donépézil  même dans les formes plus avancées de la maladie.

Durant les 22 semaines de l’étude, les chercheurs ont évalué l’efficacité du safran en comparaison du donépézil.
Pour cela ils ont utilisé les mêmes échelles d’évaluations de la maladie d'Alzheimer et de la démence qu' avec le médicament donépézil, soit l’échelle ADAS-Cog Score et l'échelle CDR-SB Score*

A l’issue des 22 semaines, Les résultats obtenus avec le safran  étaient semblables au traitement donépézil, sans  effets secondaires.

Les chercheurs concluent que cette étude fournie les premières preuves d’un effet thérapeutique  du safran chez des patients atteints de la forme précoce et modérée de la maladie d’Alzheimer.






ADAS-Cog Score : Alzheimer's Disease Assessment Scale.
Cette échelle permet l'évaluation des fonctions c
ognitives et
non-cognitives des patients atteints d'Alzheimer et de démence. Elle représente un outil de quantification très utilisé pour la recherche et les essais pharm
acologiques.


* CDR-SB Score Clinical Dementia Rating scale Sum of Boxes.
La notation de la démence clinique ou CDR est une échelle nurique utilisée pour quantifier la sévérité des symptômes dans la démence et la maladie d'Alzheimer.

vidéo ci-dessous                    Vidéo en anglais



Etude SITT 2010

Lors de cette étude chez l'homme, les chercheurs ont  testé l'intérêt  d'une supplémentation de safran chez des patients atteints de la maladie d'Alzheimer dans la forme douce à modérée.


Cette fois-ci, ils ont comparé l'action du safran à un placébo.

Les patients, au nombre de quarante-six, ont participé à cette étude durant 16 semaines. 

L'évolution de la maladie a été suivie selon les mêmes protocoles que pour l'étude donépézil,  en utilisant aussi les échelles ADAS et CDR.


De la même façon, les patients ont pris de façon aléatoire soit du safran, toujours à la dose de 30 mg (2 prises de 15 mg) soit un placébo.


Après les 16 semaines de traitement, les tests d'évaluation de la fonction cognitive (ADAS et CDR) montrent que le safran a produit des résultats nettement meilleurs que dans le groupe placébo.


Bien que suggérant des études supplémentaires, les chercheurs indiquent que le safran peut être indiqué dans les formes légères de la maladie d'Alzheimer.



La vidéo ci dessous             vidéo en anglais






Etude IAOA 2006


La maladie d'Alzheimer se caractérise par le dépôt  de plaques d'amyloïdes au niveau des neurones.

La plaque d' amyloïde est un agrégat protéique que l’on retrouve dans les neurones touchés par certaines maladies neurodégénératives.

Les spécialistes pensent que ce dépôt est favorisé par un phénomène d' oxydation.

Au vu des nombreuses études montrant les puissantes capacités antioxydantes du safran, les chercheurs ont voulu identifier le rôle du safran sur le dépôt de plaques d' amyloïdes in vitro.


Les résultats ont montré une forte inhibition de la formation de plaques d' amyloïdes en présence de safran.

Notons que les résultats obtenus ont été dépendants des concentrations de safran utilisées et du temps d'exposition.


Les chercheurs suggèrent l'utilisation possible de safran pour inhiber la formation de plaques d'amyloïdes responsables de la maladie d'Alzheimer.


Chez l'animal, plusieurs études  ont démontré la capacité du safran a agir sur différentes composantes du cerveau, en relation avec la mémoire et les troubles cognitifs.
Le safran présenterait bien une action neuroprotectrice, probablement par son pouvoir antioxydant élevé.
Plusieurs études réalisées chez l'animal corroborent donc les résultats obtenus chez l'homme.


Etude MEE 2010

Cette étude a consisté à analyser les résultats d'une prise de safran sur des cerveaux de souris jeunes et âgées.
Les résultats ont montré une nette diminution de l' oxydation  des lipides du cerveau, responsable selon les chercheurs de l'amélioration des fonctions cognitives
et de la mémoire, constatées lors de cette étude.

Ils suggèrent aussi que cette activité antioxydante majeure du safran serait due principalement à la crocétine présente dans le safran.




Etude CIIOD 2005

Lors de cette étude, les chercheurs ont voulu vérifier sur des rats, si un constituant du safran (le safranal) pouvait diminuer les dommages causés au cerveau, lors d'une privation temporaire d'oxygène
.
Cette technique dite de l'ischémie reperfusion est souvent utilisée en expérimentation animal.
Elle consiste à  priver momentanément le cerveau d'oxygène, afin de favoriser une réaction importante d'oxydation au moment du retour de l'oxygène,  provoquant alors des lésions neurologiques plus ou moins étendues.
Cette étude à permis de  montrer l'impact d'une supplémentation de safran dans cette situation.
Les résultats ont effectivement indiqué que les antioxydants présents dans le safran ont joué un rôle protecteur, en limitant les atteintes du cerveau suite à la privation d'oxygène.
Les auteurs concluent  que le safranal exerce des effets protecteurs, notamment au niveau de l'hippocampe des rats. Rappelons que l'hippocampe a un rôle majeur dans la mémoire et la navigation spatiale.

Les chercheurs considèrent que, parmi les éléments actifs du safran, le safranal est l'un de ceux  ayant une action antioxydante remarquable.



Etude CAEI 1998

Cette étude a permis de mettre  en évidence l'action du safran et particulièrement de ses composés actifs que sont  la crocétine et la crocine sur des rats intoxiqués à l'éthanoL.
L'éthanol  a la caractéristique de perturber la mémorisation à long terme au niveau de l'hippocampe.
Or lors de cette étude, les chercheurs ont pu montrer que le safran permettait  de diminuer l'impact de l'intoxication à l'éthanol et de préserver les capacités de mémorisation à long terme sur les rats étudiés.


Etude EACCS 2007


Les résultats de cette recherche nous indiquent que le safran et ses éléments actifs pourraient améliorer les capacités de mémorisation du cerveau.
En effet lors de cette étude réalisée sur des rats, les chercheurs ont pu montrer l'impact favorable de la crocine du safran sur la mémorisation spatiale des rats. Les chercheurs évoquent l'action probable du safran sur la modulation et/ou la récupération d'information.

Ces résultats prouvent que les composants du safran agissent directement sur les mécanismes biologiques de la mémoire et du système nerveux.




Le rôle bénéfique du safran sur le cerveau comme neuroprotecteur se confirme. Les résultats obtenus sur la maladie d'Alzheimer, contre placébo et en comparaison du donépézil sont remarquables.
Les mécanismes d'action du safran sur les neurones ne sont pas encore totalement élucidés, mais selon les chercheurs, ces résultats positifs seraien
t en liens avec les capacités  antioxydantes  exceptionnelles du safran.
D'autres études sont nécessaires pour mieux comprendre son action et peut être étudier le safran dans des cas d'Alzheimer avancés.
En résumé, compte tenu des résultats actuels le
safran peut être utilisé en prévention,
ou au stade précoce de la maladie d'Alzheimer.





Découvrez notre complément alimentaire de safran bio

 
Le safran en prévention d'Alzheimer